cercle a broder avec ouvrage et aiguilleJe pourrais vous parler de l’histoire de la broderie et de sa diversité autravers du temps. Mais je vais plutôt vous écrire pourquoi nous brodons encore en 2016.

L’art de la broderie se retrouve tout autour de la planète, sous différentes formes. J’avoue qu’elle est probablement moins représentée au Québec chez les francophones. Mais elle a ses adeptes partout dans la province. Le volet journal de mon site a comme but principal de la faire découvrir et de transmettre le savoir à d’autres, de toutes générations.

Mais revenons à notre sujet : pourquoi broder ? Ce dicton fournit une explication : « Autrefois, les femmes brodaient pour passer le temps. Aujourd’hui, elles brodent pour arrêter le temps. » Ce n’est pas faux, toutefois je pense qu’il y a plus.

Bien sûr que je ne peux pas vous dire les raisons personnelles de chaque brodeuse. Cependant, les motivations sont comparables à tous les arts textiles. Que ce soit avec de la laine, des fils de coton ou de soie, les brodeuses prennent plaisir à les travailler. Nous brodons pour notre bonheur ! Voilà, c’est tout simple. La satisfaction de voir les points dessiner un motif sur la toile. La joie d’offrir une broderie à une personne qui en appréciera la beauté et la valeur.

Le geste de piquer l’aiguille dans la toile, dessus dessous pour former des motifs, est relaxant. C’est un moment zen juste pour nous ! Certaines brodeuses savourent ces moments pour faire le vide, tandis que d’autres en profitent pour réfléchir. Quant à moi, il s’agit d’un amalgame. La broderie a été, est et sera toujours mon point d’ancrage. Elle m’a ouvert les yeux sur le monde et m’a permis de faire de très belles rencontres ici au Québec et partout où j’ai voyagé. Elle m’a tenu la tête hors de l’eau dans les moments difficiles. Tout comme, elle nourrit ma créativité, mon besoin de partager et de donner. Ma vie est jalonnée par mes travaux de broderie. Je pourrais vous dire que j’ai brodé cette toile à cet endroit dans cette circonstance, que je l’ai offerte pour une occasion précise.

Or, que brodons-nous ? Tout ! Tous les sujets et toutes les applications sont permis. Notre imagination est notre seule limite. Il existe plusieurs types de travaux d’aiguille. Parfois, un projet ne comporte que de la broderie traditionnelle ou norvégienne. Mais un mélange de différentes notions se retrouve souvent sur un même ouvrage. C’est ce que je préfère.

Et puis, vous me direz qu’il faut beaucoup de patience. Non ! En fait, bien sûr qu’il faut avoir de la patience, mais c’est surtout la passion qui nous habite ! La broderie n’en exige pas plus que le tricot ou la couture. Avec le temps, nos points se peaufinent et notre créativité s’épanouit. Bien sûr, je ne pense pas que toutes les brodeuses sont aussi passionnées que moi, quoique vous seriez certainement surpris. Je vous dirais que la plupart d’entre elles salivent à la vue de beaux fils ou de toiles. Elles sont toutes admiratives devant une broderie connaissant très bien qu’elle représente des heures à tirer l’aiguille, à coucher les fils sur la toile.